TENERIFE (FIBA Women’s Basketball World Cup 2018) – Alors que les USA, tenants du titre, seront les favoris de la finale de la Coupe du Monde féminine FIBA 2018, plusieurs raisons permettent à l’Australie de croire en ses chances.

Voici cinq éléments qui penchent vers une victoire surprise des Opals. Et nous nous sommes retenus pour ne pas simplement citer cinq fois Liz Cambage :

Une joueuse d’exception et candidate au titre de MVP

Dès le premier jour du tournoi et ses 34 points contre le Nigeria, Cambage a montré qu’elle était en pleine possession de ses moyens. Elle a paru parfois inarrêtable en demi-finale contre l’Espagne, répondant de la meilleure des manières aux huées du public en terminant la partie avec un sensationnel double-double (33 points et 14 rebonds). S’il y a bien quelqu’un qui peut donner des maux de tête aux USA, c’est la star de WNBA et des Opals.

L’Australie a du caractère

Avant le match contre l’Espagne, aucune équipe n’avait vraiment mis en danger l’Australie. Mais l’Espagne l’a chahutée en prenant un avantage de 58-50 au moment d’entamer l’ultime quart-temps. Avec ses fans la soutenant debout, la victoire semblait alors lui tendre les bras. Toutefois, les Opals ont fait preuve de courage et de maîtrise pour retourner la situation. Elles ont démontré qu’elles savaient faire face à l’adversité et qu’elles étaient capables de gagner les matches importants. Si elles arrivent à rester au contact jusqu’au dernier quart-temps, elles ont les moyens de s’imposer.

Brondello connaît par cœur les Américaines

La coach des Opals connaît parfaitement les joueuses américaines pour les avoir maintes fois affrontées avec son équipe de WNBA du Phoenix Mercury. Les gens estiment que Diana Taurasi a gardé le meilleur pour la fin, comme elle l’a montré  en demi-finale. Mais Brondello a déjà, à n’en pas douter, sa petite idée pour empêcher l’Américaine de briller une seconde fois de suite.

Il n’y a pas que Cambage

 

Alors que ses fantastiques performances ont fait les unes, il n’est pas possible d’arriver en finale d’un tournoi majeur que grâce à une seule joueuse. Ses coéquipières ont fait de l’excellent travail, comme par exemple Cayla George et son tir à trois points crucial dans les moments décisifs du match contre l’Espagne. Les 10 points de Katie Ezbery ont également grandement contribué au succès des Opals.

Les Opals ont déjà remporté le titre mondial

L’Australie n’aura pas la pression qui accompagne les grandes premières, puisqu’elle a déjà gagné le titre une fois, en 2006. De plus, la légendaire Lauren Jackson, qui faisait partie de cette équipe, a pronostiqué le triomphe des Opals, et ce avant même le début du tournoi à Tenerife.

Qu’en est-il des USA ? Pourquoi les Américaines sont-elles les favorites ? Et bien, regardez la qualité de l’effectif des USA, sa profondeur, les options qu’il offre et son palmarès dans cette compétition.

Avant le match pour le titre entre les USA et l’Australie, l’Espagne sera opposée à la Belgique pour déterminer quelle équipe montera sur la troisième marche du podium.