Auteur d’une excellente prestation lors du huitième de finale très attendu et très disputé entre le Japon et la Belgique ( 3 à 2), l’arbitre Sénégalais Malang Diedhiou a réussi une partie de haute facture, qui donne une image de l’arbitrage africain.

Après avoir réussi un premier tour en gérant les rencontres  « confiées » avec beaucoup de maitrise, le trio arbitral sénégalais à la tête duquel Malang Diedhiou  et comme assistant Malick Samba  et Djibril Camara a encore séduit le monde en Russie.

Certains observateurs avaient émis beaucoup de doutes,  sur la capacité du Sénégalais et de ses assistants  à gérer cette rencontre de haut de gamme.

Mais après quoi, il s’avère aujourd’hui aux lendemains de cette partie qui a été parmi les plus disputées de ces huitièmes, au bout du suspense avec la victoire à l’arrachée des Diables Rouges à la 94e  ( 3 à 2), que le choix porté par la Fifa sur le trio arbitral sénégalais comme le seul pour l’Afrique en Russie, était avéré.

Proprement dirigée, la partie aura été « émaillée » de 22 fautes dont 13 pour les Belges et 9 pour les Japonais.  Pourtant, il n’aura distribué qu’un seul carton jaune à un  joueur Belge.

Une bonne appréciation d’ensemble qui vaut à Diedhiou et ses assistants dont en plus le Gambien Pape Bakary Camara ( 4e arbitre), un plébiscite pour la finale de la coupe du monde prévue le 15 Juillet prochain au stade Loujniki de Moscou.

Ce qui serait une deuxième pour l’arbitrage africain qui a eu l’honneur en 1998 avec le défunt Marocain Saïd Belqola à diriger la finale du Mondial entre la France et le Brésil.

A noter que sur la liste des 36 arbitres centraux  retenus par la Fifa pour officier au Mondial 2018, ils étaient six ( 6) africains dont L’Algérien Mehdi Abid Chraf, le Sénégalais Malang Diedhiou, le Gambien Bakary Papa Gassama, l’Égyptien Ghead Grisha, le Zambien Janny Sikazwe et l’Éthiopien Bamlak Tessema Weyeso. Avec le Sénégal qui était le seul pays avec un trio composé d’un central et deux assistants.