Omar DAF dirige la prière de la Korité des Lions

A l’instar de tous les Sénégalais, les Lions ont aussi célébré la prière de l’Aid El Fitr ce vendredi à l’hôtel SK Royal de Moscou. Une prière dirigée par Omar Daf ancien international et membre du staff. Après le Khoutba où il a invité les joueurs à un retour vers Dieu et au respect des préceptes de l’islam, l’ancien latéral gauche des Lions a effectué les deux rakkas suivi d’intenses prières pour l’équipe. Après quoi du lakh et des mets comme au Sénégal ont été servis sous fond de « Balma Akh » entre joueurs et membres du staff.

Korité à Kalouga

La fête de la Korité a été célébrée à Kalouga ce vendredi 15 juin 2018. Ici , c’est une décision commune de l’autorité en charge de l’observation du croissant lunaire qui fixe la date exacte et de manière irrévocable. Jamais, nous dit un soudanais vivant en Russie depuis 30 ans dont 20 à Kalouga «  il n y a pas eu et il n y aura pas deux fêtes. C’est impossible ».  Avec deux mosquées dans cette ville d’une superficie de 168,8 km2 du Nord au Sud et d’Est en Ouest, la majorité de la communauté musulmane est d’origine étrangère avec des Ouzbèks, des Soudanais, quelques arméniens et un petit nombre de russes musulmans. Ici la prière démarre à 7h (locales) soit 4H GMT au Sénégal. La Russie compte environ quelques 20 millions de musulmans

 A  Kalouga, il n y a que 5 Africains répertoriés

Ils ne sont que cinq africains,  tous des étudiants dans quatre des 5 Universités de Kalouga à être répertoriés dans cette ville qui sert de camp de base aux Lions. Ils sont deux Congolaises, une Malgache, un Soudanais et un Tchadien. Une petite communauté qui a rapidement compris l’importance de se regrouper et de se retrouver le plus souvent nous dira la Malgache Claudia. Selon elle «  franchement, tout le monde est bien avec nous. Notre couleur noire a fini de faire de nous des stars dans cette ville où il est rare depuis toujours d’en  voir. On se sent bien ici »

Sécurité

Ici dans cette capitale de l’Oblast ( région centrale de Russie) où l’industrie automobile est dominante, on ne badine pas avec la sécurité. A partir de 20h locales ( 17 h Gmt), on peut compter les rares personnes qui osent s’aventurer dans les rues de Kalouga. Information prise, un ancien membre de la police secrète russe devenu hôtelier rapporte que : «  ici, comme toujours chacun se méfie de l’autre. Tout détail peut être source de problèmes. C’est pourquoi chacun se cache chez lui et gère ses affaires »

Quand la victoire mobilise les Russes

Jusque-là si l’effet coupe du monde ne se ressentait pas trop à Kalouga ( 178 km) de Moscou, la victoire de la sélection russe en ouverture ce jeudi face à l’Arabie Saoudite a comme stimuler les ardeurs. De plus en plus les habitants de Kalouga affichent leur amour au football et jouent aux supporters. Ils y croient de plus en plus et parlent même de qualification dés mardi prochain face à l’Egypte. Pour une équipe en qui personne ne croyait capable en Russie de gagner au moins un match dans son propre mondial. Affaire à suivre

Taxi

A Kalouga, le minimum requis pour aller d’un endroit à un autre en taxi est de 200 roubles. Soit 2000 FCFA (100 roubles étant estimés à 1000 FCFA). Même si, ils s’en trouvent comme à Dakar des « taximan » véreux qui en profitent. Les taxis sont souvent appelés 15 minutes avant le départ sur le numéro connu de la compagnie de taxi et entre 5 et 10 minutes ils sont présents. Ici tous les taxis sont guidés par GPS pour contrôler les embouteillages et autres bouchons sur les routes. Ils connaissent de bout en bout tous les lieux.